jeudi 10 janvier 2019

Le Cranach païen...

Autoportrait de l'artiste
Je suis très longtemps passé à côté de l'oeuvre de Lucas Cranach.
Ce n'est pourtant pas faute d'y avoir été confronté: de par ma formation artistique et ses cours d'histoire de l'art d'une part, et d'autres parts par le biais de ma culture familiale protestante, dont on connaît le visage du fondateur, Martin Luther, grâce aux nombreux portraits réalisés de son vivant par le peintre qui était de ses amis.
Il faut dire aussi qu'on ne traite et ne présente généralement de son oeuvre que le côté le plus "austère": les commandes religieuses. On s'attarde trop peu souvent sur son versant "fantastique", dans lequel il semble avoir plus de liberté et a l'air de prendre plus de plaisir, laissant entrevoir une vie intérieure beaucoup plus riche qu'on ne le croit.

J'ai pu enfin découvrir ce passionnant univers par hasard, au cours de recherches personnelles sur un sujet qui m'intéresse particulièrement: le Faune dans ses représentations artistiques passées, et je suis tombé sur ce tableau pour lequel j'ai eu un véritable coup de cœur, suite à quoi j'en découvrirai beaucoup d'autres de même teneur par la suite.
Il est aujourd'hui intitulé Le Faune et sa famille avec un lion terrassé...


Je vous invite à ouvrir sa version ultra-haute définition dans un autre onglet de votre navigateur pour pouvoir pleinement contempler les détails que vais aborder dans cet article...

vendredi 16 novembre 2018

"L'Héritage du Nudisme depuis Kienné de Mongeot", mon livre édité!

Tadaaaaaaam!
Quelques-uns me l'ont demandé, le voilà enfin édité aux éditions de l'Harmattan!



Il s'agit grosso-modo du même contenu que mon e-book "le Nudisme" (qui reste lisible gratuitement, et accessoirement en cours de publication dans le magazine la Vie au Soleil à raison d'un chapitre par numéro), remanié pour l'occasion. Dans cette version éditoriale, le découpage des chapitres a été réorganisé (le premier chapitre a été fondu dans l'introduction, et les autres sont répartis en deux parties), certains passages peaufinés, quelques détails que j'avais oublié dans la première version ont été ajoutés et deux illustrations intérieures ont été conservées.

Merci à Bernard Andrieu, chercheur, philosophe et enseignant à l'Université Paris Descartes, mais également directeur de la collection "Mouvement des Savoirs" chez l'Harmattan de m'avoir proposé cette édition, offrant un caractère d'officialité et de respectabilité à mes recherches et réflexions sur le sujet! :)

J'aurai aimé qu'il coûte un peu moins cher mais bon, 15€ ça reste correct...
... et pour ceux qui se posent la question des mirobolants bénéfices que je vais en tirer:
- 0% = 0€ du prix de vente pour les 500 premiers exemplaires vendus
- 4% = 6 centimes par bouquin pour les 500 suivants
- 6% = 9 centimes par bouquin à partir de 1001 vendus
- 10% pour les ventes numériques (10,99€) = 1,099€ par e-book



°


Voici l'image originale à partir de laquelle a été composée d'illustration de couverture du livre.
Nous l'avons choisie pour plusieurs raisons: non seulement parce que c'est une des plus belles photos d'époque que nous avons pu trouver en bonne résolution, mais aussi parce qu'elle est hautement symbolique, concentrant beaucoup d'histoire et de philosophie des premières années du nudisme français:
Comme mentionné en quatrième de couverture, il s'agit de la libre-danseuse Kham Luong, élève de François Malkovsky (élève d'Isadora Duncan et collaborateur de Marcel Kienné de Mongeot dans la revue Vivre), photographiée par Serge de Sazo au Sparta-Club, le premier club nudo-naturiste français initialement établi au manoir Jan dans les Yvelines.
Elle a été modèle à des photographes mais aussi des dessinateurs et sculpteurs, mais il n'a pas été facile de retrouver son identité et impossible de retrouver son histoire (si jamais quelqu'un a des infos je suis preneur). Cette couverture est une façon de lui rendre hommage à elle aussi.

Nous pouvons retrouver ces lieux et personnages marquants dans ce documentaire anglophone de 1933 (dans la séquence présentant le Sparta-Club de Kienné de Mongeot, de 24min25sec à 34min40sec):


... et c'est une fois l'édition lancée que je me rends compte que j'ai mal orthographié le nom de Malkovsky... ^^

Sinon pour info, depuis la publication de cet article, ce blog est black-listé de FB...

Interview de Jean-Luc Bouland sur naturisme-habo: http://www.editions-harmattan.fr/_uploads/actus/Binder2.pdf?fbclid=IwAR1ZKXYD1THxLXCF4alz_sE5ou09FRvYdz2ixpkOQuVjFr87lLXv6Wq1qa4
Compte-rendu de Franck Bonus sur le Mague: http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article9657

jeudi 15 novembre 2018

Mon troisième passage à l'émission "C'est mon choix"...


 J'avoue que j'avais fini par complètement l'oublier cette émission puisqu'elle parait deux ans après son tournage! Sa parution est l'occasion de reprendre momentanément et laborieusement le clavier...

Le sujet était Ô combien délicat mais important car il était question de la pudeur/nudité parents/enfants, sujet hautement controversé dans lequel je suis venu présenter l'approche nudiste de la question.

Je n'ai pas l'impression d'avoir été beaucoup coupé au montage, donc le résultat final est assez fidèle me concernant (ce n'est pas forcément le cas pour tout le monde), en revanche j'ai eu beaucoup de mal à exprimer tout ce que je souhaitais comme je le souhaitais, je vais donc compléter mes propos en suivant la chronologie de la vidéo:

 16:50  Quand je parle des deux sens de la notion de pudeur, l'une positive et l'autre négative, c'est pour dire qu'à travers l'éducation nudiste que j'essaie de donner à mon fils je souhaite lui transmettre les valeurs positives (réserve, modestie) tout en essayant de le préserver des atteintes du sens négatif (honte, complexes).

 17:11  A la question de ce que je pense que "risque" ma voisine pudique avec ses enfants, j'ai souhaité éviter de tomber dans le jugement et condamnation, je cherchais donc une approche plus diplomatique, heureusement Evelyne Thomas a réorienté sa question sur l'affirmation de ma voisine selon laquelle la nudité est liée à la sexualité: j'ai commencé par reconnaître que c'est effectivement le sens dont elle a hérité de sa culture éducative, et j'aurai aimé continuer en disant que cette association n'est pas obligatoire, et que le fait de bien dissocier nudité et sexualité offre de nombreux avantages physiques, psychologiques et sociaux pour chacun.

 17:33  Elle intervient en expliquant que ce qui la choque c'est que le visage des enfants est à hauteur des sexes des adultes, et qu'on impose ça aux enfants sans leur demander leur avis. Si j'ai tant bien que mal répondu à la première objection, je n'ai pas rebondi sur la deuxième: n'importe quelle éducation "impose" des choses à l'enfant sans lui demander son avis, et l'accusation peut être retournée à l'encontre de l'éducation pudibonde qui impose le vêtement aux enfants sans leur demander leur avis, en allant même jusqu'à réprimer leurs impulsions naturelle à se déshabiller ou leur curiosité naturelle à voir les autres nus, tels qu'ils sont, ce qui constitue une violence psychologique (et parfois physique) générant hontes et complexes qui portent atteinte à l'épanouissement de l'enfant, chose que ne se permettrait absolument pas une éducation nudiste au sens bien compris du terme (la nudité n'y est pas obligatoire, elle n'y juste pas un "problème" en soi).

 19:35  Face à la remarque selon laquelle l'omniprésence de la sexualité rend la nudité encore plus ambigüe sexuellement, j'essayais de dire que ces deux pôles opposés que sont le tabou sexuel et l'hypersexualisation s'entretiennent en fait l'un-l'autre car ils sont d'accord sur le même point selon lequel la nudité serait nécessairement associée à la sexualité. A l'inverse, au lieu d'exciter donc de manière inappropriée, la nudité libre remet au contraire de l'ordre dans tout ça et lève les confusions en les dissociant bel et bien - ce qui est toutefois légitimement difficile à comprendre quand cette association fait partie de nos repères -.

 20:47  Je ne suis sûr de bien me souvenir, mais face au débat en cours il me semble que le truc que je voulais préciser c'est que ce sont des médecins qui sont à l'origine du mouvement nudiste et qu'ils ont bien entendu bien réfléchi sur ces questions et ont démontré les bienfaits de la nudité libre et au contraire les méfaits de la pudibonderie excessive.

 31:32  Mon autre voisine soulève la question d'une perte de repère de l'enfant qui voit ses parents nus, supposant qu'il se mettrait ensuite nu n'importe où et n'importe quand à l'adolescence. Le montage est coupé dans ce qui suit, je ne sais plus exactement ce qui s'est vraiment passé, mais il me semble avoir tenté d'intervenir dans l'intention d'expliquer que cette peur est infondée, car remettre en question l'association nudité/sexualité n'empêche pas à l'enfant d'apprendre qu'il y a des contextes où la nudité est appropriée et d'autres où elle ne l'est pas, il le comprend même en général très tôt et très bien là où l'hyperpudicité peut au contraire instaurer beaucoup de zones de trouble...

-

Si j'avais pu, j'aurai non-seulement parlé de l'approche santé physio-psycho-sociale défendue par les hygiénistes nudistes, mais j'aurai également aimé proposer une petite "prise de recul ethnologique", faisant appel à différentes traditions du monde et même à notre propre histoire pour rappeler que nos normes pudiques actuelles associant nudité et sexualité ne sont pas du tout universelles, et que les cultures qui adoptent une vision différente ne souffrent pas plus de troubles que nous... et peut-être même moins, mais il n'y avait clairement pas la place de développer ces réflexions sur le plateau... ^^

Pour finir, je suis quand-même satisfait d'une chose: au moins trois personnes à priori et farouchement anti-nudisme familial ont reconnu que ma démarche était tout de même saine:
-Magalie sur le plateau à 20:11, déplaçant sa crainte non sur le principe même mais sur la possible existence de voyeurs pédophiles,
- la personne du public qui s'exprime à 31:40 mais ça n'apparaît pas au montage,
- et après l'enregistrement j'ai pu discuter avec Aurore qui m'a également mis dans une case à part, supposément non-partagée par le reste des nudistes et des autres personnes "impudiques" qui se sont exprimées sur le plateau.
Ceci confirme pour moi la nécessité de vraiment faire l'effort de réfléchir et dialoguer pacifiquement avec les "pudiques", les accueillir dans leur malaise avec la nudité (au lieu de se sentir insultés et d'être sur la défensive voire l'agressivité avec eux), permettant de désamorcer certaines de leurs craintes, non-pas pour les convertir, mais déjà pour qu'ils ne soient plus inquiétés par notre démarche et qu'un terrain d'entente puisse être éventuellement trouvé...

mardi 5 juin 2018

Matriarcat: le petit e-book

Et enfin, après celui sur le Nudisme, voici le livre virtuel sur le matriarcat:
"Comprendre le Matriarcat (... et le patriarcat aussi par la même occasion...)"

 Télécharger le PDF
(cliquez sur la couverture pour accéder au PDF)
Il est beaucoup plus court que le précédent (31 pages) et s'attache surtout à en comprendre les mécanismes socio-psychologiques, ne citant que brièvement certains exemples de peuples quand ils illustrent le propos, à titre indicatif donc, et je n'y ai volontairement pas inséré certaines anecdotes que j'utilisais souvent.
Chose que je n'avais pas vraiment fait dans les précédents articles et conférences, j'y propose la compréhension suivante que je n'ai pas trouvée formulée ailleurs: le matriarcat pur et le patriarcat strict sont deux pôles entre lesquels existent une multitude de variantes piochant chez l'un ou chez l'autre les éléments composant leur structure.

SOMMAIRE:
-Introduction (p.2)
-Rectifications préalables (p.3)
-La famille matriarcale (p.5)
-La famille patriarcale (p.7)
-Les formules intermédiaires (p.9)
-Conséquences comparées (p.11)
-Aspect psycho-affectif (p.13)
-Spiritualité religieuse (p.16)
-Patriarcogénèse (p.20)
-Critiques et objections (p.23)
-Conclusion: retour transitionnel (p.28)

Ce n'est probablement pas un incontournable de la question, mais il aura au moins le mérite de présenter le sujet sous un angle un brin différent des autres (notamment sur la question de l'hygiène psycho-affective)...

Il marque la fin (du moins pour le moment) de ma production "intellectuelle" résumée dans ces deux bouquins, préférant me consacrer à nouveau à ma première vocation: le dessin libre... (d'ailleurs j'ai complètement eu la flemme de l'illustrer 😂)

Bonne lecture et à bientôt pour de nouvelles aventures (artistiques cette fois-ci)!


jeudi 7 septembre 2017

ERRATUM - Le Nudisme

En écrivant "Le Nudisme", j'ai commis les deux erreurs suivantes qui se trouvent à présent corrigées:

- Page 45 j'avais écrit:
"À tel point que la revue rapporte l’expérience d’un fonctionnaire de l’administration coloniale anglaise missionné dans certaines îles du pacifique, demandant à sa hiérarchie d’abandonner l’obligation du cache-sexe pour les indigènes. La situation sur place était devenue ingérable, et les infrastructures coloniales insuffisantes pour arbitrer les conflits apparus par ce biais (bien entendu, la hiérarchie refusa)."
Avec le temps ma mémoire a "téléscopé" l'information contenue dans l'article que voici, publié dans le numéro 26 de la revue Vivre du mois d'Avril 1928 (page 13):


Si le résident général a alerté l'office colonial, c'est d'abord en raison de la décimation de la population indigène à cause des gros problèmes d'hygiènes que provoque l'obligation vestimentaire pudibonde.
Il mentionne toutefois bien les conséquences morales et leurs répercussions sociales violentes, mais j'ai extrapolé sur l'incapacité des forces en place à gérer le problème.

J'ai donc remplacé la formulation initiale par celle-ci:
"À tel point que la revue rapporte l’expérience d’un fonctionnaire de l’administration coloniale anglaise missionné en polynésie, demandant à sa hiérarchie d’abandonner l’obligation des vêtements européens imposés aux indigènes, cette obligation vestimentaire ayant eu pour effet de catastrophiques problèmes d’hygiène et de morale ayant de graves répercussion sociales comme l’augmentation de “méfaits et crimes jadis totalement inconnus dans les îles”."
°

-Page 48 j'avais écrit:
"Il est un fossé énorme entre les deux conceptions, et connaissant les motivations profondément humaines de Kienné de Mongeot et ses collaborateurs, j’ai peine à comprendre qu’ils n’aient pas perçu l’horreur idéologique que véhiculent les eugénistes, notamment au moment de la publication par les éditions Vivre (dont Kienné de Mongeot est le directeur) du livre de Jeanne Humbert, intitulé “En Pleine Vie”.[...]
Je ne comprends pas cette (lourde) bévue du mouvement Vivre.

Quand ce livre m'a été recommandé et prêté par Michel PIVERT, le président fondateur de l'ANEP, j'ai cru qu'il s'agissait, comme beaucoup d'autres bouquins de sa collection, d'une édition du mouvement Vivre, or je me suis trompé:
Comme on peut le voir sur l'image ci-contre, ce ne sont pas les éditions Vivre mais les éditions de Lutèce qui ont publié ce livre, ce qui disculpe Kienné de Mongeot d'avoir propagé les thèses eugénistes "négatives"... Mais à mes yeux pas d'avoir été plus exigeant sur l'idéologie de ses collaborateurs.

Dans la version corrigée j'ai donc remplacé les formulations présentées plus haut (en gras) par les suivantes: 

"Il est un fossé énorme entre les deux conceptions, et connaissant les motivations profondément humaines de Kienné de Mongeot et ses collaborateurs, j’ai peine à comprendre qu’ils n’aient pas perçu l’horreur idéologique que véhiculent les eugénistes, notamment par le biais de la publication par les éditions de Lutèce du livre de Jeanne Humbert, intitulé “En Pleine Vie”.[...]
J’ai du mal à comprendre ce manque de discernement du mouvement Vivre."

Dans tous les liens déjà diffusés sur ce blog et ailleurs, c'est à présent la nouvelle version corrigée que vous pourrez trouver à télécharger.




mercredi 16 août 2017

Conférence: du Naturisme au Matriarcat...


Mardi 15 Août s'est déroulée une rencontre de femmes (de caractère ! ;) ) dans la région montpelliéraine à laquelle j'ai été invité à intervenir en soirée d'ouverture.
L'exercice était particulier, car il était question de condenser deux conférences en une: le Nudisme et le Matriarcat, habituellement présentés indépendamment, chacun des deux sujets n'étant généralement qu'évoqués dans le développement de l'autre.

Il m'a donc fallu procéder à un intéressant mais périlleux exercice d'élagage pour tenter d'en extraire (et donc identifier) les principes et mécanismes essentiels, ce qui a eu pour inconvénient de perdre de nombreux détails et exemples éclairants (notamment mes sources) ainsi que la nuance du propos, ce qui n'a pas été sans conséquences sur la réception du message.
Cependant cet exercice aura également été intéressant dans le sens où il m'aura permis d'approfondir la réflexion sur l'articulation des deux sujet (le lien de cause à effet entre la pudibonderie et le patriarcat, mettant par ailleurs en évidence le lien entre la pudibonderie et la misogynie), chose que je n'avais pas eu l'occasion de faire jusqu'ici.

Toutes ces contraintes particulières m'ont obligé, dans un souci d'efficacité et pour éviter de louper des points importants pour la continuité de la présentation, à m'en référer régulièrement à mes notes*, raison pour laquelle je regarde très souvent l'écran...

Bref: c'était sportif mais riche! ^^


* notes que vous pouvez consulter >> ICI << si jamais ça vous intéresse...

samedi 29 juillet 2017

Conférence: le Matriarcat... (version longue)


Suite à la petite conférence au café-poly montpelliérain, une participante m'a proposé de venir développer plus profondément le sujet dans la yourte de la Compagnie des 7 vents, le 27 juillet à Ucel (Sud-Ardèche).

En préparant mes notes, je me suis rendu compte que c'était en fait le plan d'un livre qui était en train de se dessiner (et sur lequel je devrais bientôt me remettre), et n'ayant pu l'achever à temps pour la conférence, j'ai dû improviser sans filet, ce qui explique son manque de structure, et quelques oublis...

Parmi les oublis, il en est un, majeur, qui devait conclure à la comparaison entre les implications psychologiques chez l'enfant dont relèvent respectivement la paternité et la maternité et que je souhaite donc inscrire ici:
J'aurai dû dire que le véritable enjeu d'une société maternelle est l'enfance qui est l'avenir de la communauté. Prendre soin des mères qui sont les plus "connectées" aux besoins naturels de leurs enfants: c'est leurs permettre de prendre soin d'eux de la manière la plus efficace, et ainsi assurer l'équilibre des futurs adultes qu'ils deviendront, garantissant la santé de la communauté.

J'ai été un peu pris de court sur la question portant sur ma manière de vivre le polyamour et comme je n'avais pas plus réfléchi à la façon de présenter ma situation à ce sujet, j'ai parlé un peu vite d'une relation centrale et de deux relations platoniques: sans aller dans de plus amples détails, et en plus de ces trois relations évoquées, il y a également la possibilité d'autres types de rencontres pas nécessairement pérennes, ce qui rend le terme de polyamour un peu limitatif, me faisant préférer celui de libre-amour...

La conférence a été comme les précédentes enregistrée depuis mon ordinateur, limitant le plan-séquence à trois heures, et coupant donc la dernière question portant sur la question de la pudeur adolescente: j'ai pu commencer à parler de la qualité de l'écoute du parent qui jouait un rôle énorme dans la relation, après quoi j'ai ajouté que le contexte social (la pression extrêmement violente régnant au collège) était aussi un élément très important dans cet état de fait.


... bon, me reste plus qu'à me remettre à l'écriture du bouquin maintenant... ^^

samedi 15 juillet 2017

Patriarco-génèse...

La PATRIARCOGENESE
ou
les processus d'émergence du patriarcat...


C'est une question sur laquelle j'ai longtemps buté au cours de mes réflexions matriarcales:
"Comment a bien pu apparaître le patriarcat?"
J'ai toujours pensé à une cause accidentelle, mais sans arriver assembler les pièces du puzzle, mais j'ai surtout toujours penché pour une souche unique ayant ensuite progressivement "contaminé" les autres sociétés par sa névrose.
Une riche rencontre avec une personne particulièrement cultivée (merci Nabil!) m'a permis d'évoluer sur la question et sacrément enrichir ma réflexion. Cette personne m'a suggéré deux choses:
- La première: qu'il pourrait il y avoir non pas un seul foyer où serait apparu un jour le patriarcat, mais que c'est un phénomène qui aurait pu apparaître à plusieurs reprises dans plusieurs lieux/époques différents réunissant des conditions similaires,
- La deuxième: que ce système patriarcal pourrait éventuellement même s'avérer nécessaire en certaines conditions bien particulières.

Après avoir heurté mes repères, ces suggestions se sont vite montrées particulièrement fertiles, et dès le lendemain une compréhension plus fine, plus poussée et probablement plus juste (malheureusement elle reste invérifiable) a pu se développer, et en voici le contenu:

mardi 11 juillet 2017

La mystérieuse grande Faunesse...

Rose O'Neil - XXe
Dans un précédent article "la psychanalyse du faune", je proposais une interprétation possible de cet archétype de la nature masculine qui a longtemps hanté et fasciné nos cultures et nos psychés...

Au cours de mes dernières recherches mythologico-zodiacales, il m'a semblé trouver quelques maigres pièces d'un autre captivant puzzle, celui de son pendant féminin, la Faunesse, d'autant plus captivant qu'elle se fait plus modeste et discrète aussi bien dans les légendes que les représentations artistiques...

Palais des Doges - Venise - (date?)
Cette rareté est particulièrement intéressante  car elle laisse plus de place à nos inconscients, à la fois à celui des artistes qui la représentent et à la fois celui du spectateur, ce qui offre un nouveau terrain d'investigation pour l'exercice de lecture intuitive (exercice présentée en introduction de l'article "La croix celtique: une figure de la Déesse chrétienne originelle?")...

Mais cette lecture peut également se retrouver alimentée par quelques menus éléments historiques et étymologiques épars, aussi vais-je tenter de vous en présenter ici une "digestion" de mon cru...

lundi 10 juillet 2017

Digressions zodiacales...

Le magazine nudiste "La Vie au Soleil", m'ayant déjà commandé quelques illustrations et dans lequel j'ai publié deux articles, m'a demandé cette fois-ci une série de vignettes pour illustrer son horoscope de la prochaine rentrée dans son prochain numéro de l'été (publiées ici, mais les droits restent du coup réservés).

(Droits réservés LVS/JW)

Ne pouvant me cantonner à redessiner bêtement ces douze signes zodiacaux, je me suis amusé à explorer l'histoire mythologique que chacun raconte, pour me faire ma petite sauce personnelle...

La consigne y était bien évidemment que les personnages y soient nus, or, comme pour beaucoup d'entre eux il s'agit d'animaux (ou même d'objets), je les ai soit humanisés, soit accompagnés d'un personnage humain. Et comme ils sont majoritairement masculins, j'ai voulu équilibrer par des personnages féminins... qui sont devenus majoritaire de par ma féminophilie... ^^

Les voici donc, accompagnés des explications du sens que j'ai souhaité leur donner:

jeudi 15 juin 2017

Conférence naturienne: Matriarcat (Version courte)



Mercredi 14 Juin 2017, à l'occasion d'une rencontre café-poly à Montpellier, on m'a permis de faire une petite conférence sur le système matrilinéaire. Le temps imparti à la présentation étant assez court (30 minutes prévues), j'ai dû condenser au maximum et faire l'impasse sur plein de développements. La séance de question-réponse qui suivait a permis de remédier à une petite partie de ces impasses... ^^

mardi 16 mai 2017

L'Eros gymnosophique...

"Galatée, Acis et Polyphème" - Anatoly Petrov - 1996



Ce film d'animation russe relate le mythe de la néréide Galatée, amoureuse du berger Acis, demandant à Aphrodite (Vénus) de lui venir en aide afin de rendre cet amour réciproque. La Déesse de l'Amour charge donc son fils Eros (Cupidon) de susciter le sentiment dans le coeur d'Acis, puis le turbulent petit dieu s'en va retrouver ses amis nymphes et satyres dans les bois. L'un de ces derniers lui propose pour s'amuser de rendre le cyclope Polyphème  amoureux de Galatée, mais le géant monoculaire, après avoir tenté de la séduire maladroitement, entre dans une fureur en surprenant les deux amants, et écrase Acis sous un rocher d'où coulera ensuite une source...


En plus du gros coup de cœur, je n'ai pu m'empêcher, en tombant sur ce dessin-animé, de penser à Marcel Kienné de Mongeot, le fondateur du mouvement nudiste français, et sa pensée gymnosophique:

Premièrement, parce que la culture pan-héllénique, dont est issu le mythe repris par le dessin-animé, est le référentiel majeur d'où seront puisés tous les principes naturo-hygiénistes du nudisme.
On pourrait résumer le coeur de ces principes gymnosophiques par cette citation "Mens sana in corpore sano" du poète Juvénal traduisant précisément en latin l'idéal grec antique, demandant aux dieux la faveur d'un esprit sain dans un corps sain.
Ce qu'il faut comprendre dans cette invocation, en termes hygiénistes, c'est qu'un esprit ne peut être sain si son siège corporel ne l'est pas, et s'il ne recherche pas avant toute chose cette impérative santé corporelle sans laquelle tout s'effondre.

Si le naturisme hyppocratique se concentre principalement sur la qualité de l'alimentation pour favoriser la santé, la gymnosophie insistera principalement sur l'activité physique sculptant naturellement le corps et le rendant beau (la beauté étant comprise comme le résultat manifeste de la bonne santé), la nudité étant l'état optimum permettant cette activité et étant la plus à même d'émaner la beauté naturelle.
Ce qui est frappant dans cette beauté des corps représentée, c'est qu'elle n'est pas uniquement le fait de la "plastique" athlétique des individus ayant pu se développer naturellement, mais qu'elle émane aussi d'un profond bien-être des esprits-corps sains parce que libres: libres de leur mouvements de par un mode de vie simple au contact des éléments vivifiants, nourrissants, purifiants de la nature, et libres des contraintes sur-civilisationnelles et pudibondes qui pèsent sur nos vies et les étouffent aujourd'hui.

En mettant en avant de manière aussi éclatante le bien-être, la douceur de vivre, et in fine la sensualité du quotidien restitués par la liberté-santé-beauté des corps-esprits, le film d'animation amène à un élément cher aux yeux de Kienné de Mongeot mais que ses émules auront du mal à accepter et finiront par occulter: le notion d'Eros, qui plus est incarnée par le petit dieu indomptable.
L'Eros ne représente pas uniquement l'impulsion aphrodisiaque qui nous invite à l'amour reproducteur, ce coeur de la Vie déjà très mal accueilli par nos cultures maladivement et artificiellement pudibondes, mais concerne également l'ensemble des élans vitaux qui animent le mieux chacun de nous.
Ce dessin animé a le mérite d'enfin nous montrer une nudité saine, naturelle* et vivante, tandis que le nudisme aujourd'hui se partge entre les deux extrêmes opposés que sont une certaine forme (majoritaire) d' "asexualité" et une forme (minoritaire) d' "hypersexualité", toutes deux issues d'un amalgame automatique entre sensualité et sexualité, et je dirais même entre sexualité et débauche:
Il est frappant de constater qu'en plus de la nudité intégrale et de la volupté des postures, deux scènes de sexes sont représentées, pleines de modestie, de discrétion mais aussi d'une tendresse particulière, et surtout déchargées toutes les pressions exhibitionnistes et voyeuristes que nous connaissons aujourd'hui, et cette absence de parasitages est justement dûe à la liberté d'être et de faire selon les besoins de la nature que représente l'idéal grec repris par les gymnosophes modernes...

Puissent les déesses et dieux anciens influencer dans ce sens l'évolution du mouvement nudiste dont le rôle est bien de nettoyer  les complexes pathogènes des pudibonderies patriarcales** qui pourrissent nos sociétés...


* exception faite de l'absence de pilosité corporelle qui me chiffonne un brin, mais il me faut bien admettre que contrairement à la majorité des autres représentations historiques qui "falsifient" la réalité en travestissant les corps d'autrefois selon les contraintes moralistes actuelles, ce film d'animation a le mérite de respecter les modes de la culture à laquelle il se réfère...
** La liberté amoureuse diversement exprimée dans ce mythe (dont il existe plusieurs versions, dont l'une moins "dramatique" permet à Polyphème de se consoler auprès d'autres néréïdes) manifeste la nostalgie des modes de vie pré-patriarcaux où la noblesse des sentiments, même passagers, était reconnue et appréciée...



lundi 10 avril 2017

Le Nudisme (le bouquin entier à télécharger gratos!)

Tadaaaam!
Enfin le v'là, à télécharger, lire et diffuser librement (hors utilisation commerciale):

https://drive.google.com/open?id=0B8FakWZ5nKUASkdJTnZBWlFuRVE
(Cliquez sur la couverture pour y accéder et le télécharger)


Comme il y a beaucoup de demandes concernant une édition papier, le sujet est à l'étude (l'idée est d'arriver à publier sans frais un petit livre au format poche pas cher, plusieurs pistes sont possibles), mais ma priorité et mon désir premier c'est que le contenu soit gratuitement accessible pour tous ceux que ça intéresse, donc on verra plus tard! :)

-

Mini interview de la part d'IMAGINAT qui peut servir d'aperçu du bouquin :

IMAGINAT : Pourquoi écrire un livre sur le nudisme ? N’est-ce pas une pratique qui se suffit à elle-même ?

Julien WOLGA : Écrire un livre m'est apparu nécessaire car le nudisme n'est justement pas une pratique, mais avant tout une réflexion oubliée qui prend conscience du rôle important que joue la nudité dans nos santés physiques, psychologiques et sociales​, et de ce fait des conséquences désastreuses qu'engendre son interdiction totale. Son but n'est pas la mise en pratique d'une nudité maximale, mais plus globalement la restitution de nos dignités et intégrités naturelles, car à travers la répression de la nudité, ce sont bien ces dernières qui sont atteintes.


IMAGINAT : Pourquoi utiliser le mot “nudisme” qui parait plus péjoratif que “naturisme ?

Julien WOLGA : Justement parce que cette péjoration résulte de la pudibonderie pathogène que le nudisme a précisément pour vocation de dénoncer, traiter et non-pas relayer. D'autres parts, réhabiliter le terme "nudisme", c'est aussi redonner son souffle et son amplitude initiale à celui de "Naturisme" qui a servi à le remplacer mais s'en est de ce fait retrouvé amoindri à son tour.
C'est ainsi l'occasion de rappeler que les deux termes ne sont ni synonymes ni antonymes, mais que le nudisme procède du naturisme dont le but global est le soin de la nature humaine: le nudisme est une des manières d'en prendre soin.


IMAGINAT : Est-ce que vous avez l’impression que la perception de la nudité évolue positivement dans notre société ?

Julien WOLGA : L'acceptation de la nudité est très fluctuante​, et dépend de la dignité et de l'intégrité que nous accordons à nos corps. Aujourd'hui, nous assistons à un retour de la pudibonderie et des complexes. Ce retour n'est pas uniquement le fait des institutions religieuses, mais plus encore celui d'un commerce de l'esthétique qui n'a aucun intérêt financier à ce que nous nous sentions "bien dans nos peaux". La réflexion nudiste est donc aujourd'hui à nouveau nécessaire pour désamorcer ce processus inhumain et déshumanisant.

jeudi 23 février 2017

Retour de mon passage dans l'émission "Dites-le à Baba" sur C8



Mardi 22 février à 19 heures était diffusée mon passage chez Cyril Hanouna chez lequel je suis venu essayer de présenter et défendre par la parole et la tenue la reflexion nudiste.


-Avant l'émission:
Il me faut reconnaître que je n'étais pas très rassuré à l'idée de me retrouver seul nu devant Hanouna, mais ma petite "boussole interne" m'a fait comprendre qu'il n'y avait pas à s'inquiéter et qu'il fallait accepter d'y aller.
Arrivé au studio d'enregistrement le matin du jeudi 16 février, l'équipe préparant l'émission m'a demandé de ne révéler à personne, notamment les autres invités, la raison de ma venue, afin d'éviter que la rumeur ne se répande afin de bien laisser aux chroniqueurs la surprise de la découverte et ne pas fausser le jeu des devinettes.

-Pendant l'émission:

J'ai été agréablement surpris par l'accueil réservé à ma singularité: je n'ai pas senti de gène parmi le public, de la surprise et de l'étonnement tout au plus, mais pas de malaise, et une grande bienveillance dans le regard de tous animateurs que j'ai pu regarder droit dans les yeux (chose qui ne se perçoit pas de manière aussi évidente à l'écran).
Pour l'anecdote, le voyant Claude Alexis ne s'était pas trompé en sentant un problème au niveau de mes jambes: le passe-tête étant un peu trop haut et le trac aidant, j'avais effectivement les jambes qui tremblaient...
Suite à mon intervention, l'équipe m'a proposé de remettre le peignoir qu'ils m'avaient prêté, mais j'ai préféré rester nu tout le reste du tournage de l'émission, et cette nudité a finalement été intégrée comme quasiment "normale"... (Même Danièle Evenou qui débarque pour le sujet suivant semble n'avoir rien remarqué)
En sortant du plateau, Bernard Montiel et Philippe Brenot m'ont renouvelé les propos bienveillants qu'ils m'avaient tenus sur le plateau (tous ne sont pas restés au montage, comme certaines de mes explications d'ailleurs, mais rien de grave).
En parlant de montage, si j'ai ouvert l'émission, au tournage mon passage ne démarrait que la deuxième partie. Le tournage de la première (devenue deuxième) ayant pris plus de temps que prévu, le tournage de la nôtre a été raccourcie d'une dizaine de minute.



-Après l'émission:
En sortant du studio nous avons bien sympathisé avec Diane et Cédric (les culturistes) avec qui je n'avais pas pu discuter avant le tournage, qui m'ont avoué qu'ils n'étaient pas choqués ou gênés par ma nudité comme l'émission pourrait le laisser penser, seulement surpris, pour me rendre compte qu'on avait plus de points communs qu'il n'y paraît.
J'ai pu voir ces derniers jours que quelques sites internet ont repris l'événement, content de constaté qu'ils ont pour la plupart cité ma référence à la santé, et même parfois à la question des complexes, sujets que j'aurai bien évidemment voulu développer plus.
Certains ont affirmé que Valérie Benaïm a été "choquée", mais ce n'est vraiment pas ce que j'ai ressenti personnellement. Elle a été surprise c'est certain, mais ses questions et son regard ne montraient aucun signe de méfiance, je l'ai trouvée elle aussi particulièrement bienveillante.

-Bilan:
Je ne sais pas encore quel sera l'impact à plus long terme de l'émission, mais une chose positive me semble importante: si un effet de surprise a bien eu lieu, la démarche nudiste n'est pour autant plus tellement passée pour "bizarre", mais a même été qualifiée de saine par le médecin et sexologue Philippe Brenot, ce qui lui donne un certain crédit.
J'aurai peut-être aimé passer après les deux autres sujets que sont le culturisme (qui a pour origine le mouvement naturiste) et surtout la chirurgie esthétique ce qui m'aurait permis d'insister de manière plus importante sur la violence sociale qui brise les amours-propres et nous empêche de nous accepter comme on est... mais c'est finalement pas plus mal que ça se soit passé ainsi...

... j'avoue ^^

Note: un petit passage a été coupé au montage, sans doute en raison de son côté plus critique, faisant suite à la question de l'excitation sexuelle que pouvait suggérer la nudité. J'y ajoutais que c'est le fait de frustrer systématiquement la curiosité naturelle (tout notre corps étant notre visage) qui crée l'obsession et génère par amalgame l'excitation.

dimanche 5 février 2017

Mon passage dans "La Guerre des Naturistes" (90' enquête - TMC - Septembre 2016)

(article un chouia en retard)

Début septembre 2016 (la veille de l'installation du "stand des nudists" de la fête de l'Huma) était diffusé l'émission "90' Enquête" intitulée "la guerre des naturistes" sur la chaîne TMC.


Contenu de l'émission:
Le propos était de couvrir les différentes tendances du mouvement naturiste actuel. Manquait malheureusement à l'appel la mouvance du naturisme en Liberté, bien que le journaliste qui a mené "l'enquête" ait suivi une rando-nue de Bruno Saurez dans les calanques. J'ai eu l'honneur de ponctuer le reportage par deux petites séquences bienveillantes qui tentent de donner un aperçu succinct de ma démarche et ma réflexion naturiennes, l'une en ouverture et l'autre en fermeture.

Coulisses du tournage:

Raphaël Pellegrino qui a réalisé ce reportage (mais ne l'a pas monté) est venu deux fois au camping de l'Origan où j'ai travaillé en tant qu'animateur. La première en tout début de saison, la deuxième en toute fin, pour un total de deux bonnes semaines, ce qui a été assez fatiguant car compliquant un petit peu mon travail, mais surtout prenant sur mon temps de repos. Cependant nous nous sommes très bien entendus (il m'a même vivement encouragé à me mettre rapidement à l'écriture de mon bouquin), mais son contact a été plus difficile avec mes collègues et certains vacancier, écopant de la mauvaise réputation qu'ont peu à peu acquis les médias vis-à-vis des naturistes devenus extrêmement méfiants...


Corrections et anecdote:
Contrairement à ce que dit la voix-off, je ne vais pas me doucher tous les matins à la cascade qui n'est pas à 12° mais plutôt à 19 ou 20, les images ont d'ailleurs été tournées en début ou en fin d'après-midi. Concernant mon régime alimentaire de l'été, ayant malheureusement eu difficilement accès aux fruits frais et aux fruits de mer, je me suis rabattu sur les salades et légumes d'un voisin du camping, sur du miel et des oeufs crus. Concernant ces derniers, je me suis vite rendu compte que le blanc, surtout cru, mais également cuit, me faisait secréter une quantité de mucus malodorant qui m'a vite poussé à ne plus manger que le jaune.

Réactions après diffusion:
Le public naturiste s'est montré assez déçu par l'ensemble du reportage, souvent considéré comme sans-intérêt voire donnant une mauvaise image du mouvement (excepté les passages m'étant consacrés). Mais il faut bien reconnaître que le reportage, bien qu'il opère une sélection (évacuant à mon grand regret la mouvance militante), ne montre que ce qui existe, et qui est révélateur de l'état actuel majoritaire du mouvement.



Ce reportage est donc à mon sens intéressant pour le mouvement naturiste dans le sens où il peut être l'occasion d'une auto-critique et d'une réflexion approfondie...






jeudi 19 janvier 2017

"Le Nudisme..." Le Livre!

Je suis actuellement en train de terminer l'écriture d'un bouquin tentant de synthétiser l'ampleur de la réflexion du nudisme français, reprenant les fondamentaux hygiénistes proposés par les pionniers et apportant mes propres réflexions plus actuelles.
La correction est en cours, je suis à présent à la recherche d'un éditeur-distributeur, si jamais vous avez de bons contacts! :)

Pitch:
Le nudisme, source de détente et de bien-être tantôt appréciée et pratiquée par les uns, tantôt suspecte et décriée par les autres, provient initialement d'une réflexion médicale, psychologique et philosophique profonde mais aujourd'hui oubliée.
À l'heure où la pudibonderie, les complexes et l'obscurantisme idéologique gagnent à nouveau du terrain, ce plaidoyer pour l'intégrité physique et mentale humaine qui est proposé à travers la défense de la nudité redevient nécessaire et urgent.
À travers un historique sélectif du mouvement nudiste français, ses forces et ses failles, et en poursuivant la réflexions au moyen d’éléments plus récents, ce livre propose de redécouvrir la nudité sous l'angle original de son potentiel ré-équilibrant pour la nature humaine.

Sommaire:

 Le Nudisme (une philosophie moins couillonne qu'il n'y paraît...)
     -Remerciements
     -Avant-propos: La nudité, porte ouverte sur la nature humaine
     -Chapitre 1: Genèse d'une pensée
          -Le corpus naturiste
                -L'hygiénisme naturiste
                -La thérapeutique naturiste
          -Emergence d'un "Naturisme-Intégral"
          -Naissance du Nudisme
     -Chapitre 2: Hygiénisme nudiste
          -Les bienfaits physiques de la nudité
          -Les méfaits des vêtements
     -Chapitre 3: Psychlogie nudiste
          -L'intériorité humaine mise à nu
          -Les sensations de la nudité
     -Chapitre 4: Les gymno-phobies
          -Le fantasme sexuel
          -La dysmorphophobie
          -Le réflexe conditionné
          -L'effet thérapeutique de la nudité
      -Chapitre 5: Le nudisme et la sexualité
          -La réflexion "nudo-sexuelle"
          -Socio-sexualité
          -Nudité, sensualité et sexualité
          -Masculin et féminin
     -Chapitre 6: Involution du mouvement
          -Apogée,effondrement et renaissance
          -L'erreur du mouvement Vivre
          -Conséquences actuelles
          -L'incontrôlable débordement
          -Des solutions pour le nudisme de demain
     -Chapitre 7: Philosophie et spiritualité nudiste
          -Exégèses religieuses
          -Le Dualisme
          -Le Monisme
          -Parenthèse physicaliste
          -Religions nudistes
          -Nudité archétypique
     -Épilogue: Levée du voile

Le livre sera illustré par les dessins présentés ici: https://julien-wolga.blogspot.fr/2017/01/le-nudisme-le-livre.html

samedi 5 novembre 2016

L'Amour a ses raisons que la raison (patriarcale) ignore (et volontairement en plus!)...


Si je devais résumer l'axe essentiel autour duquel s'articule ma réflexion naturienne, ce serait dans le mot « déconditionnement », car nos cultures et éducations actuelles nous éloignent de notre nature en opérant divers « conditionnements », souvent à l'aide d'une forme ou une autre de violence psychologique, et l'une des plus utilisée en matière de sentiments est la culpabilisation.

C'est ce domaine de ma vie intérieure qui se déconditionne en ce moment, ce depuis quelques années, mais la chose étant en train de prendre une tournure plus concrète aujourd'hui, c'est l'occasion de vous proposer une réflexion plus approfondie sur le sujet :

mercredi 14 septembre 2016

Retour du « Stand des Nudistes » de la fête de l'Huma'

Quelle aventure ! C'était fou ! Pas facile facile, parfois même éreintant, mais aucun regret, au contraire : le sentiment commun que les choses devaient se faire ainsi a été partagé par beaucoup d'entre nous...

Tout a commencé sur un clin d’œil, une blague presque : l'affiche de l'édition 2016 reproduisant dans son patchwork un homme et une femme nus se reposant nus dans l'herbe:


Les copains de l'APNEL ont sauté sur l'occasion et ont proposé d'incarner cette belle image en y implantant un stand naturiste… et la demande a été accepté !
Ils m'ont proposé de participer à ma manière en animant un atelier de body-painting et en participant aux débats... je ne pouvais bien évidement pas dire non !
Et de fil en aiguille nous voilà jusqu'à neuf clampins tous nus à susciter tantôt d'interrogation, tantôt l'enthousiasme (et accessoirement un petit buzz médiatique), comme un chien dans un jeu de quilles au départ… mais qui finit par ne plus en renverser une seule et au contraire se lier d'affection avec elles…

Voici mon petit compte-rendu subjectif de cette surréaliste mais Ô combien enrichissante aventure: